La Fesp a été auditionnée par les administrateurs de la Cnav sur sa vision des technologies innovantes dans l’accompagnement des personnes âgées à leur domicile.

Dans le cadre de sa politique de prévention de la perte d’autonomie, la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav) a entrepris une réflexion sur les usages d’innovation pouvant améliorer la vie quotidienne des retraités à leur domicile. La Cnav et le réseau territorial des Caisses régionales de retraite et santé au travail (Carsat) dont elle a la tutelle, encouragent le développement de technologies susceptibles de lutter contre le risque de perte d’autonomie des personnes âgées, tels que la domotique, l’aide technique liée à l’habitat, la stimulation à distance et, plus largement, les outils numériques.

Devant un groupe d’administrateurs dont le Président de la Cnav, Gérard Rivière, et représentants les collèges salariés et patronaux composant le conseil d’administration, la délégation de la Fesp composée de Didier Château, président de la Générale des Services, et d’Olivier Peraldi, directeur général, a souligné en préalable, lors de l’audition du 16 février, à Paris, l’importance de ne penser le recours aux technologies auprès de la personne aidée qu’en articulation avec l’intervention humaine.

Des solutions concrètes

Engagée depuis plusieurs années dans le développement de la silver économie, la Fesp a été l’une des rares fédérations du secteur  des services à la personne a avoir signé en décembre 2013 le contrat de filière lancé par le ministre de l’Economie et des Finances, et la Secrétaire d’Etat en charge des Personnes âgées et de l’Autonomie. Déjà engagée, des initiatives concrètes de la Fesp se poursuivent telle la création, à Alençon avec ses partenaires la CCI, TecSapOuest et la Région Basse-Normandie, de la première Maison domotique d’application pédagogique (MDAP) permettant aux salariés des entreprises adhérentes de se familiariser avec un environnement hautement technologique.

La Fesp a cependant rappelé sa déception de voir réduit au fil du temps par les pouvoirs publics le champ d’application de la silver économie à la seule prise en compte de la grande dépendance, privant ainsi le secteur à la fois de l’objectif de prévention et du levier économique des générations de séniors non dépendants. Second constat de la fédération, l’approche trop industrielle et n’intégrant pas les entreprises d’aide à domicile dès la conception des solutions de services, est déconnectée des réalités quotidiennes des intervenants à domicile et des personnes dépendantes.

Sur l’accompagnement des personnes les plus fragilisées, la Fesp a souligné un certain nombre de ces engagements concrets, notamment son travail en cours au sein du Gérontopôle des Pays de la Loire d’élaboration des contenus de formation pour les intervenants à domicile en environnement numérique.

Les propositions de la Fesp

Sur la base des propositions faites dans le cadre de son récent livre blanc remis en novembre au gouvernement, la Fesp a avancé de nombreuses mesures qui permettraient de dynamiser la silver économie en France. Pour la fédération, sauvegarder les financements et la solvabilisation des personnes âgées sur l’ensemble des services pouvant être réalisés à leur domicile – et pas seulement des services de soins – remettrait la prévention au cœur de la lutte contre la dépendance.

Plus largement, la Fesp souhaite que les entreprises de services à la personne soient associées dès l’étape de la conception dans les travaux d’élaboration des solutions de services, et non pas seulement au moment de leur expérimentation, voire distribution auprès des publics.

Enfin, la Fesp souligne le manque de réflexion entre entreprises et pouvoirs publics sur des outils de financement individuel de type assurance-vie ou assurance supplémentaire (collective et individuelle) qui permettrait de financer certains services à domicile.

Source : http://www.fesp.fr