Démarche RSE

Le développement durable et le secteur des services à la personne

La situation économique actuelle, ainsi que la dégradation des rapports entre l’homme et la nature incitent à trouver de nouveaux modes de gestion de nos modes de vie.
L’impact de l’activité humaine sur l’environnement est déjà connu et débattu lors de conférences internationales, sans pour autant apporter des changements profonds dans la mentalité de la société, ignorante vis-à-vis de l’état de la planète. Cependant, les habitudes commencent à évoluer, car la planète et les problèmes sociétaux s’invitent dans notre sphère privée. Nous prenons conscience de notre faiblesse et constatons que l’individualisme ne représente pas le bon model sociétal à prendre en compte. Il faut adapter son fonctionnement, oser de nouveaux modes de gestion, concevoir et organiser ses actions en se rapportant au monde (environnement et société) actuel et futur.

Secteur qui concerne une grande partie de la population, les services à la personne concentrent des ressources humaines peu explorées jusqu’à présent, mais ayant un énorme pouvoir de diffusion de bonnes pratiques de développement durable. 

La responsabilité sociétale et environnementale (RSE) représente l’intégration volontaire par une structure, des pratiques en faveur du développement durable. Cette démarche se traduit par la mise en place d’un cahier des charges comprenant des actions concrètes, pour améliorer le cadre de vie de la société.

Intégrer le développement durable dans les services à la personne, pourquoi ? 

Puisque que le secteur des services à la personne fait partie intégrante des principes de développement durable, la Plateforme des services et de l’aide à la personne souhaite poursuivre une démarche d’harmonisation des enjeux sociaux, environnementaux et économiques.
L’objectif est de semer dès aujourd’hui les graines de la responsabilité et du respect pour la planète, afin d’améliorer le cadre de vie présent et futur.

Cette initiative de responsabilité sociétale et environnementale comprend :
– la réalisation d’un état des lieux (par l’intermède d’un questionnaire de positionnement), suivi par
– la mise en œuvre d’actions permettant de réduire les pollutions, de préserver les ressources naturelles, une meilleure prise en compte de rapports humains, avec les améliorations à apporter.

Puisque les intervenants (salariés et bénévoles des structures adhérentes de la Plateforme) représentent des vrais relais auprès de la population, ils peuvent diffuser les bonnes pratiques de développement durable, en montrant l’exemple lors de leurs interventions chez les bénéficiaires.

Les objectifs majeurs de ce projet sont :
– faire comprendre les enjeux du développement durable au quotidien ;
– intégrer les bonnes pratiques en termes d’enjeux sociaux liés au travail (lutte contre les discriminations, qualité et égalité à l’emploi, …) ;
– apprendre comment appliquer des gestes éco-responsables en matière d’économies d’électricité, d’eau, de chauffage, de déplacements propres, de diminution et de recyclage des déchets, de protection de la biodiversité, … .

Le développement durable n’est pas que la protection de l’environnement !

En 1992, lors du Sommet de la Terre des Nations Unies de Rio, le concept de développement durable s’enrichit de nombreux critères sociaux, tels que l’amélioration du bien-être humain, qui prend en compte : la santé, les libertés des individus, le travail des femmes, la cohésion sociale, l’alimentation, la répartition des richesses et la lutte contre la pauvreté, les activités culturelles, la reconnaissance des minorités autochtones, … .

Le concept de développement durable se cache derrière de nombreuses politiques, soucieuses de la place de l’être humain dans la société :
La dignité humaine ;
La famille ;
Les politiques d’intégration des personnes en situation de handicap dans la société ;
La solidarité entre les générations ;
La lutte contre les discriminations entre hommes et femmes, au travail et dans la société.

RSE – Pourquoi ?

Même si la RSE (norme ISO 26 000) n’est pas encore obligatoire pour les structures de petite taille, elle devient progressivement une valeur incontournable du monde des entreprises.

– Un bon impact sur la réputation, car être responsable représente une preuve de qualité par tous les acteurs qui entrent en contact avec la structure (concurrence, employés, bénéficiaires etc) ;
– Une forte publicité positive – valorisation de votre activité ;
– Les salariés seront plus motivés, car ils sauront que la structure respecte leur bien-être au travail ;
– Etant donné l’intérêt affiché par les dirigeants politiques quant au développement durable, les pouvoirs publics seront enclins à protéger le secteur d’activité ;
– La fidélisation des bénéficiaires.
– Une opportunité de croissance, car en adoptant un comportement responsable, votre structure montre qu’elle est à l’écoute des besoins de son environnement. La tendance est au respect de tous les droits et de l’environnement. Ainsi, le bénéficiaire privilégie une structure responsable au dépend des autres.

    • Intégrer la RSE au fonctionnement de la structure génère des économies d’énergies, et par conséquent une diminution des coûts de production ;
    •  La structure responsable gagne en compétitivité face à la concurrence qui ignore les principes de développement durable ;
    • La RSE engendre une diminution des risques liés aux crises, car la structure prend les précautions nécessaires en termes de gestion des ressources naturelles.