Echo, l’enceinte intelligente lancée par Amazon en 2014, aurait dépassé le milliard de dollars de vente alors qu’elle n’est commercialisée qu’aux Etats-Unis. Google, avec le lancement prochain de Home, et plusieurs start-up investissent aussi dans l’Intelligence Artificielle (IA) pour faciliter notre quotidien. Interrogeons-nous sur les avantages, les inconvénients, l’avenir, mais aussi les alternatives à une telle technologie.

L’essentiel de ces nouveautés technologiques repose sur le vocal. Équipées d’écouteurs, vous les commandez en leur demandant de fermer le volet, d’appeler votre enfant ou de vous trouver les coordonnées du service d’urgence le plus proche. Et cette Intelligence Artificielle va s’atteler à répondre au moindre de vos désirs en fonction de ses capacités. Revers de la médaille, elle est tributaire de votre connexion internet. L’alternative la plus fiable consiste à utiliser le réseau GSM, qui présente aussi l’avantage de couvrir l’intégralité du territoire.

Vous devez également communiquer à cette IA des informations d’ordre personnel. Cela peut aller de vos centres d’intérêt principaux à vos habitudes alimentaires, vos programmes préférés, votre situation familiale, voire votre santé ou vos revenus. Si l’objectif avoué des concepteurs est de mieux cerner l’utilisateur pour personnaliser encore plus les services qui lui sont destinés, on peut légitimement s’interroger sur l’utilisation faite de ces données.

La confidentialité des données personnelles, un véritable casse-tête

L’utilisateur n’est plus propriétaire de ses données. Le plus souvent, avant de pouvoir les consulter, il doit d’abord les stocker sur un serveur ou sur le cloud. Et c’est seulement après avoir entré son identifiant et son mot de passe, qu’il pourra y accéder. Avant, il n’y avait que l’utilisateur et la donnée. Depuis quelques années un troisième élément est venu se glisser entre les deux. Il s’agit des outils de stockage de ces informations.

Malheureusement, force est de constater que beaucoup de données transitent encore entre différents opérateurs. Parfois, c’est avec l’accord du principal intéressé, parfois parce qu’il a oublié de (dé)cocher la case tout en bas du long formulaire. L’opacité sur les conditions de stockage de ces données est problématique. Certains cas de piratage de serveurs stockant des données utilisateurs ont fait grand bruit, le plus récent étant celui du site d’adultères Ashley Madison. Les opérateurs essaient de renforcer leurs serveurs, mais certains hackers ont souvent un coup d’avance.

Apple semble toutefois se démarquer. D’abord, en ne faisant plus transiter certaines informations personnelles sur ses serveurs, mais directement sur le périphérique. Et plus particulièrement avec « Differencial Privacy » (Vie Privée Différentielle) dont le principal but est de brouiller les pistes menant aux informations privées en fabriquant de fausses données à l’aide d’algorithmes très poussés.

Pour limiter les mauvaises surprises, la meilleure solution est donc le bon sens. D’abord, communiquez le moins d’informations personnelles possibles, puis prêtez une attention particulière aux conditions d’utilisation de ces données avant d’accepter de les transmettre à l’opérateur. Privilégiez aussi les solutions qui vous permettent de choisir vous-même avec qui vous souhaitez partager des informations d’ordre personnel ou médical. Elles ne sont pas nombreuses mais elles existent.

L’IA et l’humain cohabiteront harmonieusement pour le bien-être du résident

Il est évident que les technologies nous font vivre, car la grande majorité des événements tourne autour d’elles. Imaginons une coupure plus ou moins longue de tous les réseaux internet, voire un simple bug de Google. Cela pourrait entraîner certains désagréments pour le résident. L’Intelligence Artificielle va favoriser le maintien du lien entre les personnes, tout en préservant le contact humain, que ce soit avec des proches, avec des professionnels de santé. Une utilisation raisonnée de solutions vraiment indispensables, non-intrusives, et respectueuses de l’intimité du résident se dessinera dans les années à venir.

Source : http://www.huffingtonpost.fr/samy-hugon-benhellal/intelligence-artificielle-technologie-amie-ou-ennemie_b_11109168.html