Agnès Buzyn a confirmé que ce projet de loi sur le droit à l’erreur comportera une disposition autorisant l’expérimentation sur trois ans de ce dispositif de répit permettant à l’aidant familial de s’absenter, avec prise en charge de la personne dépendante 24 heures sur 24 à son domicile.

Lire la suite sur https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer/?pagename=Territoires/Articles/Articles&cid=1250280227851&nl=1