Si la fréquence des accidents du travail recule depuis près de 70 ans, certains secteurs restent nettement en dessus de la moyenne, comme le BTP et l’intérim, mais encore plus les services à la personne.

624 525 accidents du travail avec arrêt parmi les salariés du régime général en France en 2015, soit 250 par heure. Ces chiffres impressionnants, présentés ce mardi par la direction de la branche accidents du travail – maladies professionnelles (AT-MP) de la Sécurité sociale, correspondent pourtant à une stabilisation à un niveau historiquement bas. Depuis 2013, le taux de fréquence (nombre d’accidents du travail avec arrêt pour 1.000 salariés) marque un pallier à 33,9 alors qu’il s’élevait à 120 en 1955, et encore 70 en 1980.

Hausse des accidents du travail dans les maisons de retraite

La baisse continue du taux de fréquence masque toutefois une forte disparité entre secteurs, dont certains restent fortement accidentogènes. Le cas du BTP est connu avec un indice de fréquence de 61,9 soit le double de la moyenne, malgré une baisse de 2,6% en 2015. De même, l’intérim connaît une forte sinistralité avec un indice de 44,8, lui aussi en léger recul de 3,7% sur un an. Mais c’est le secteur des services à la personne (aide à domicile et hébergement médico-social) qui se révèle le plus à risque avec une fréquence de 92,7 AT pour 1.000 salariés, accidents « principalement dus à la manutention manuelle des personnes et aux chutes », détaille la direction de la branche AT-MP. « Nous allons lancer un programme de prévention dans les maisons de retraite, où la sinistralité est la plus importante, a expliqué Marine Jeantet, directrice des risques professionnels de la Sécurité sociale. Ce sera beaucoup plus compliqué de travailler sur les salariés à domicile. Les particuliers employeurs n’ont souvent aucune notion de prévention ».

Les lombalgies représentent 20 % des accidents du travail

L’organisme fait cette année un focus sur les lombalgies, qui représentent 167.000 accidents du travail soit 20% du total, contre 13% il y a dix ans, avec là encore une surreprésentation du secteur des services à la personne, mais aussi de la logistique. Le nombre de lombalgies prises en charge par la branche maladie est deux fois plus élevé, et concerne les salariés des mêmes secteurs d’activité, ce qui laisse supposer une forte sous-déclaration en AT-MP.

Du côté des maladies professionnelles, le nombre de cas reconnus recule légèrement en 2015 à 50.960, dont 87% de troubles musculo-squelettiques et 7% de pathologies liés à l’amiante. Le recul des TMS serait dû selon la Sécurité sociale à la fois à la révision du tableau 57 qui a durci les conditions de prise en charge, et à la baisse de l’activité économique.

Source : http://www.humanite.fr/le-secteur-des-services-la-personne-champion-des-accidents-du-travail-626119