Cette baisse s’explique par la diminution du nombre d’heures déclarées, résultant du repli du nombre d’employeurs.

Au quatrième trimestre 2016, la masse salariale de l’emploi à domicile a encore diminué de 0,4 %, confirmant l’orientation observée les trois mois précédents. Cette baisse s’explique par la diminution du nombre d’heures déclarées, résultant du repli du nombre d’employeurs. Sur un an, le repli atteint 0,3 %. Les premières activités frappées sont le ménage, le jardinage, l’aide aux personnes âgées… L’activité des assistantes maternelles est également en recul. En revanche, la garde d’enfant à domicile reste dynamique, avec une hausse de 2,1% de la masse salariale, portée par la hausse du nombre d’heures déclarées (+ 1,3 %) et la hausse du taux de salaire horaire (+ 0,8 %).

Ces chiffres soulignent une fois encore combien le secteur de l’emploi à domicile est ultraréactif au moindre changement fiscal ou social. Après plusieurs mesures d’économies qui ont contribué ces dernières années à alourdir le coût du travail (suppression de 15 points d’allégement de charges, fin de la déclaration au forfait), le secteur avait enregistré 14 trimestres consécutifs de recul, les ménages se privant de leurs employés ou les faisant basculer au «noir». Le gouvernement a tenté de rectifier le tir en accordant fin 2015 une réduction de charges de 2 euros par heure travaillée. Il a ensuite donné un nouveau coup de pouce en étendant à 1 million de retraités le crédit d’impôt lié aux emplois à domicile. Mais les chiffres montrent qu’après un coup de barre à gauche un mouvement en sens inverse ne suffit pas pour redresser le navire!

Lire la suite de l’article sur http://www.lefigaro.fr