Comme annoncé par le Gouvernement, la réforme de l’Apa entre en application au 1er mars 2016, avec le droit au répit des aidants et la baisse du reste à charge des usagers. Mesure phare de la loi Vieillissement, cette revalorisation de l’allocation va permettre de rehausser les plafonds des plans d’aide, de sommes allant de 100 à 400 euros.

Le deuxième acte de l’allocation personnalisée d’autonomie (Apa) est la principale mesure financière de la loi d’adaptation de la société au vieillissement, avec 375 millions d’euros en année pleine. Les nouveaux plafonds de l’Apa, la réforme du barème de participation des usagers, de même que le droit au répit des aidants — autre mesure du texte —, entrent en vigueur le 1er mars 2016, avec la publication d’un décret au Journal officiel (JO), le 29 février.

La revalorisation des plans d’aide passe par une augmentation des plafonds de l’allocation de 100, 150, 250 et 400 euros en fonction du degré de dépendance de la personne âgée. La réforme permet par ailleurs de dépasser ces plafonds « pour financer d’une part des solutions de répit pour les proches aidants et d’autre part des solutions de relais de l’aidant hospitalisé« , précise le décret. L’effort est plus important pour les personnes en Gir 1 et 2 mais tous les bénéficiaires devraient bénéficier de cette revalorisation, rappelle la fédération Una dans un dossier de presse dédié à la loi. Ainsi, pour les personnes avec une perte d’autonomie réduite, une heure supplémentaire par semaine sera accordée, tandis que pour les plus dépendantes, il s’agira d’une heure par jour, signale de son côté le Gouvernement dans un communiqué.

Lire la suite : http://abonnes.hospimedia.fr