L’Agence nationale d’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (Anesm) a publié le 1er août son programme de travail 2015-2018. De nombreux projets concernent les soins apportés aux personnes âgées, des Ehpad au maintien à domicile en passant par les résidences autonomie.

Personnes âgées, handicap, protection de l’enfance, inclusion sociale et évaluation: voilà les cinq grands secteurs du programme de travail 2015-2018 de l’Agence nationale d’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (Anesm).

La déclinaison de ce programme de travail a été publiée le 1er août sur le site internet de l’agence. Ehpad, résidence autonomie, maintien à domicile: toutes les facettes de l’accompagnement des personnes âgées y sont abordées.

L’agence a « déjà engagé » les chantiers suivants:

  • des recommandations sur le repérage et l’accompagnement des personnes âgées déficientes sensorielles en établissement (publication attendue fin 2016)
  • des recommandations sur la fin de vie des personnes âgées au domicile ou en établissement médico-social (fin 2016)
  • le volet « résidences autonomie » des recommandations sur le « repérage des risques de perte d’autonomie ou de son aggravation pour les personnes âgées accompagnées » (fin 2016)
  • le rapport final de l’enquête sur le déploiement des « pratiques professionnelles concourant à l’amélioration de la qualité de vie (bientraitance) dans les Ehpad » (fin 2016)
  • des recommandations sur la prévention et les réponses aux « comportements-problèmes pour les enfants et adultes accueillis dans les établissements et services pour personnes handicapées » (fin 2016)
  • des recommandations concernant le recours aux lieux « de calme-retrait et d’apaisement » (terme préféré à celui d’isolement) dans les établissements accueillant des personnes handicapées (2017)
  • des recommandations sur « les interventions et le projet personnalisé » chez l’adulte avec autisme et autres troubles envahissants du développement (présentation aux instances début 2017)
  • l’accompagnement des mineurs ayant des difficultés psychologiques perturbant gravement les processus de socialisation (présentation aux instances fin 2016)

Travaux à venir

Parmi les travaux « non engagés et proposés en 2016 », l’Anesm cite:

  • des recommandations sur les « parcours et pratiques de coopération » dans le cadre du Plan maladies neuro-dégénératives (PMND) (présentation en 2017)
  • des recommandations sur le déploiement de pôles d’accompagnement et de soins adaptés (Pasa) et d’unités d’hébergement renforcées (UHR) en Ehpad (présentation fin 2016)
  • une « fiche repère » sur la prise en charge médicamenteuse au sein des Ehpad (présentation début 2017)
  • des recommandations sur les pratiques de coopération et la coordination de parcours dans le secteur du handicap (présentation fin 2017)

D’autres travaux non engagés devront être menés en 2017 ou 2018, dont:

  • des recommandations sur la méthode HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point) pour le maintien de l’autonomie de la personne âgée et de sa vie sociale (présentation début 2018)
  • des recommandations destinées aux Clic (centres locaux d’information et de coordination gérontologique), sur la prévention et le maintien de la vie à domicile (présentation début 2018)
  • des recommandations spécifiques aux résidences autonomie: prestations hôtelières, accompagnement (2018)
  • une enquête sur la bientraitance des personnes accueillies en maison d’accueil spécialisée (MAS) ou en foyer d’accueil médicalisé (FAM) (2017)
  • des recommandations sur l’accompagnement des personnes ayant une déficience intellectuelle (présentation début 2018)
  • des recommandations sur les indications à l’admission et l’accompagnement en centre médico-psycho-pédagogique (CMPP) (2018)
  • des recommandations sur la fin de vie des personnes accueillies dans les centres d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) (présentation fin 2018)

En même temps que ce programme de travail, l’Anesm a publié son rapport d’activité 2015. On peut y lire, par exemple, qu’à la fin de l’année, 89% des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ESSMS) devant réaliser une évaluation externe « s’étaient engagés dans cette démarche ».

Les organismes habilités à réaliser des évaluations externes étaient 1.314 au 31 décembre 2015. Durant l’année, 80 organismes ont demandé le retrait de leur habilitation et l’agence a prononcé 90 retraits d’habilitation en raison de manquements. Au total, 470 retraits d’habilitation ont été effectués depuis 2009.

Source : http://www.gerontonews.com/story.php?story=CBI3OBZRWQ