Alors que le secteur des services à la personne est en pleine expansion, un rapport de la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) pointe du doigt les dérives qui se multiplient. Malgré la concurrence, il est indispensable de protéger les consommateurs des arnaques.

Couper sa pelouse, nettoyer son appartement, faire garder ses enfants, pour toutes ces tâches il est possible de faire appel à un organisme. Le secteur du service d’aides à la personne est aujourd’hui en plein développement et touche toutes les catégories de la population. Face à l’ampleur du succès, la DGCCRF, le gendarme de la concurrence, a décidé de mener son enquête. Et les conclusions montrent que de nombreux efforts restent à faire pour la protection des consommateurs sur l’information vis à vis des offres

Durant plusieurs mois entre la fin de l’année 2015 et le début de l’année 2016, les enquêteurs départementaux ont visité un panel d’entreprises représentative du secteur, 396 au total, et étudié les pratiques. Il en ressort un constat effarant puisque 300 anomalies ont été repérées et près d’une centaine d’injonctions administratives ont été dressées. En cause, des prestations qui ne correspondent pas aux annonces avec différents niveaux de fraudes, de la publicité mensongère à l’escroquerie pure et simple.

Des arnaques présentes à toutes les étapes

En premier lieu, la DGCCRF relève de nombreuses différences entre le service proposé et le véritable prix payé par le consommateur, notamment en raison des conditions de facturation parfois douteuses. Par exemple, les frais de déplacement ne sont pas compris dans le service. Il faut donc payer plus que ce qui était prévu initialement. Comme dans toutes offres, il est donc indispensable de lires toutes les conditions pour éviter les désagréments. D’autant plus que les contrats dans le secteur de l’aide à la personne regorgent de clauses, parfois illégales, comme la facturation de frais pour paiement par chèque ou chèque emploi service.

Une autre arnaque est également bien présente, celle de la défiscalisation. L’aide à la personne permet au consommateur de défalquer de ses impôts jusqu’à 50% des sommes versées. Sauf que cela ne s’applique pas à l’ensemble des services et il est tout simplement illégal de mettre en avant des prix défiscalisés. La pratique est pourtant courante et peut conduire le consommateur à effectuer les mauvaises décisions.

Enfin, les consommateurs ne doivent pas se laisser berner par les nombreuses certifications ou labels mises en avant par les opérateurs. Pour rassurer, ces derniers n’hésitent pas à surévaluer, voir carrément inventer, des distinctions. Toutes ces arnaques doivent maintenant être combattues pour protéger les consommateurs.

Toutefois, tout n’est pas à jeter dans un secteur qui représente 1,4 million de professionnels. Mais il est indispensable que ces pratiques cessent car l’aide à la personne est un domaine où les consommateurs s’impliquent personnellement. Il faut donc les protéger.

Source : https://blogs.mediapart.fr/allo-conso/blog/171116/services-la-personne-attention-aux-arnaques