La troisième édition du Baromètre 55+ Cogedim Club® – TNS Sofres indique que près de 2 seniors sur 3 utilisent internet. Cette récente étude vient corroborer de nombreuses aux autres qui montrent que la fracture numérique chez les Seniors s’estompe.

La fracture numérique est – avant tout – un facteur générationnel. Les personnes les plus âgées appartiennent à une génération qui n’ont pas ou très peu utilisé Internet. Alors que les jeunes seniors sont plus connectés parce que beaucoup d’entre eux ont utilisé Internet durant leurs dernières années de travail.

Ainsi, la fracture numérique se décale chaque année vers un âge toujours plus avancé avec l’arrivée des Boomers de manière massive à la retraite.

Une fracture numérique vers 76 ans

La fracture numérique est située, en 2016, aux alentours de 77 ans. C’est une moyenne qui varie fortement en fonction, notamment, des lieux d’habitation et des CSP. Les seniors CSP+ qui habitent dans les villes sont beaucoup plus connectés à Internet que les CSP- en milieu rural.

Le baromètre Cogedim Club® dévoile plusieurs enseignements : 

Les 55 ans et + ont des taux d’équipement en devices connectés très élevés (certes en retrait toujours par rapport à la moyenne des Français mais on constate un net rattrapage). 69% possèdent au moins un device connecté, soit plus de 2 seniors sur 3 (vs. 80% pour l’ensemble de la population française**). ** Selon The Connected Consumer Survey 2014 / 2015

L’utilisation d’Internet irradie au sein de toutes les générations – bien sûr avec beaucoup plus d’intensité chez les plus jeunes de ces seniors – mais y compris auprès de ceux qui ne l’ont pas connu professionnellement. 63% des 55 ans et + utilisent internet, dont plus d’1 senior sur 4 chez les 75 ans et +.

Vers la fin des outils numériques simplifiés ?

La disparition progressive de la fracture numérique peut être également interprétée comme la disparition progressive de l’intérêt des produits spécifiquement dédiés aux seniors tels que les téléphones faciles pour les seniors, les ordinateurs et autres tablettes simplifiés pour les seniors.

C’est en tout cas ce qui ressort de plusieurs études sur le terrain réalisées en France mais également dans différents pays du monde où le taux de seniors est élevé.

Par exemple, les téléphones simplifiés pour les Seniors sont souvent positionnés sur des bénéfices générationnels des personnes les plus âgés. Or, ce groupe d’âge diminue d’année en année.

Il est même de plus en plus courant, que les personnes les plus âgées testent ce type de produits adaptés et au fur et à mesure de leur apprentissage s’orientent vers des téléphones ou des outils numériques généralistes utilisés par l’ensemble des générations

C’est le cas, par exemple, des smartphones simplifiés pour les seniors qui proposent très peu de services supplémentaires. La simplification de ces téléphones n’est plus suffisante et le sera de moins en moins au fur et à mesure que la fracture numérique va disparaître.

Sans le développement de services spécifiques répondants à des besoins importants et basés sur un facteur d’âge des plus âgés, l’avenir de ces téléphones simplifiés est très restreint.

Au Japon, Docomo et Fujitsu l’ont noté depuis de nombreuses années : la simplification des téléphones Raku Raku n’est plus suffisante pour répondre à la demande des Seniors. Dès 2007, ce sont les services intégrés à ses téléphones qui ont pris le dessus comme relais de croissance.

Il est d’ailleurs intéressant de noter que plusieurs opérateurs téléphoniques français proposent ou commencent à proposer des offres d’abonnements Internet et de téléphonie mobile aux seniors, mais laissent ceux-ci choisir leur téléphone librement. Autrement dit, ces opérateurs téléphoniques n’incitent plus forcément les Seniors à s’équiper de téléphones simplifiés, mais proposent leur gamme complète de téléphones utilisés par toutes les générations.

D’autres services comme relais de croissance

Face à ce bouleversement, plusieurs acteurs de téléphonie mobile Seniors proposent d’autres services pour trouver des relais de croissance : télé-assistance, télé-santé, bouton d’urgence…

Ces solutions sont plus ou moins limitées en fonction de leur aspect générationnel notamment. Par exemple, la télé-assistance va intéresser les personnes très âgées alors que la télé santé tout ce qui tourne autour de ce sujet, peut intéresser l’ensemble des générations. Avec un frein important pour la téléphonie senior : les jeunes utiliseront des services de télé-santé via des téléphones pour toutes les générations.

La disparition progressive de la fracture numérique chez les seniors est un vrai de challenge pour les acteurs du numérique Senior.