Éditorial

Coup d’œil dans le rétroviseur

Dans le monde socio-économique, on s’attarde que trop brièvement sur le passé, préférant, et on peut le comprendre parfois, se concerner sur l’avenir, les projets.

Le secteur de l’aide à l’autonomie a connu de nouvelles mutations, qu’il s’agisse du contrat de filière services à la personne, des nombreuses réformes notamment dans le champ du travail qui impactent ce secteur, une activité conventionnelle soutenue dans toutes les branches, l’apparition de nouveaux acteurs dans ce secteur devenu très concurrentiel.

L’année 2017 aura aussi été marquée, et il est important de le souligner par la mise en exergue des problématiques de conditions et de santé au travail dans les structures de services à domicile autant que dans les établissements médico-sociaux qui se manifestent tant par des mouvements sociaux que par des rapports alertant sur ce sujet.

Cette première Infolettre de 2018 une fois n’est pas coutume, a pour ambition de mettre en lumière en direction de notre lectorat, de nos partenaires, et des professionnels le bilan de quelques actions emblématiques que nous avons menées au cours de cette année. Il apparait impossible dans les quelques lignes dont nous disposons de réaliser un inventaire exhaustif des actions, partenariats, échanges que nous développons.

LE-CENTRE ce sont une quinzaine de services proposés (pré-recrutement, assistance juridique, organisation d’événements, un Espace Autonomie, mise à disposition de volontaire en service civique, des études actions, l’animation de réseaux de professionnels, actions de prévention des discriminations ou des risques professionnels…), le tout dans une logique permettant le libre choix des usagers, la consolidation des compétences des professionnels et la viabilisation des projets innovants.

Pour l’équipe de LE-CENTRE qui œuvre depuis bientôt 10 ans à la structuration du secteur de l’aide à l’autonomie, nous savons que les chantiers seront encore nombreux à commencer par la reconnaissance des métiers et des professionnels, une meilleure organisation des services, une consolidation des modèles économiques et sociaux. En 2018, l’ambition sera de développer un parcours d’accompagnement dans le secteur de l’autonomie mais aussi un réseau de recherches inédits permettant des interactions entre monde académique et univers professionnel. Il s’agira également de mettre en avant la silver économie et ses acteurs locaux, ou encore de travailler à des modèles de mutualisation dans le champ de l’aide à l’autonomie, mais aussi de lancer un espace mobile autonomie….

Tous ces projets seront naturellement explicités dans ces colonnes.
Bonne lecture et bonne année 2018

David Hamelin, Directeur | LE-CENTRE, créateurs de liens.
www.le-centre.pro.

RÉTROSPECTIVE 2017 EN 5 QUESTIONS

Question 1 : Rappel des objectifs de l’action

Question 2 : En quoi ce projet est-il innovant et en quoi répond t’il à un besoin ?

Question 3 : Les chiffres clés/marquants de l’année 2017

Question 4 : Présentation/valorisation des principaux partenariats engagés en 2017

Question 5 : Les perspectives pour 2018

AXE EMPLOI

Question 1 : Rappel des objectifs de l’action

Dans le cadre de l’axe emploi plusieurs actions sont menées, elles ont pour principaux objectifs :

  • de présenter et valoriser le secteur des services à la personne, les formations, les métiers afférents
  • de présenter les employeurs du territoire
  • de présenter le CESU et ses modalités
  • de faciliter la rencontre entre les personnes en recherche d’emploi dans le secteur et les structures en recherche d’intervenants à domicile
  • de tenir à jour une CVTHEQUE d’intervenants disponibles sur le département.

Question 2 : En quoi ce projet est-il innovant et en quoi répond t’il à un besoin ?

Les structures de services à la personne ont beaucoup de difficultés de recrutement pour de multiples raisons ; manque de personnes diplômées sur le marché du travail, manque d’attractivité des métiers, turn-over important, conditions de travail atypiques et contraignantes, arrêts de travail fréquents, problèmes de mobilité, problème de garde d’enfant(s)…

En plus de ces spécificités, l’âge moyen des salariés de l’aide à domicile est élevé : 46 ans pour les aides à domicile et les aide-ménagères en Nouvelle Aquitaine entre autre, ce qui implique de prévoir de nombreux départs à la retraite dans les années à venir et donc dans le même temps de nombreuses embauches afin de remplacer le personnel (25% des aides à domicile et des aide-ménagères en Nouvelle Aquitaine ont plus de 55 ans).

L’évolution démographique/le vieillissement de la population sont encore d’autres facteurs qui auront un impact direct sur le secteur des services aux personnes et sur l’emploi, notamment en Nouvelle Aquitaine où la part des personnes de plus de 60 ans est la plus élevée. L’augmentation des situations de dépendance, l’augmentation des prises en charge à domicile sont autant d’éléments qui augmentent les besoins de recrutement dans l’aide à domicile.

Au travers de l’axe emploi, LE-CENTRE propose un appui à ses structures membres via divers moyens :

  • informations collectives auprès de demandeurs d’emploi et stagiaires en formation
  • pré-recrutement
  • organisation, gestion de forums emploi, évènements en lien avec l’emploi
  • communication / valorisation du secteur.

Pour diminuer ces difficultés de recrutement, LE-CENTRE propose un soutien et une réflexion autour de plusieurs enjeux/projets notamment sur : la fidélisation des salariés, les solutions de mutualisation, de complémentarité inter-secteur d’activité, de mixité, de valorisation des métiers ou encore de conciliation des temps vie professionnelle/vie personnelle…

En France il existe seulement une quinzaine de structure (dont la nôtre) proposant un service dédié à l’aide au recrutement dans le secteur des services à la personne.

Question 3 : Les chiffres clés/marquants de l’année 2017

  • 409 personnes rencontrées sur des forums emploi auxquels LE-CENTRE a participé ou qu’il a organisé dans le département : Poitiers, Châtellerault, Montmorillon, Civray, Gençay, Vivonne, Buxerolles, Le Vigeant
  • 247 personnes reçues en informations collectives
  • 630 appels reçus sur la ligne emploi
  • 265 offres d’emploi parvenues des structures membres
  • 263 intervenants référencés dans la CVTHEQUE

Question 4 : Présentation/valorisation des principaux partenariats engagés en 2017

Depuis plusieurs années LE-CENTRE est partenaire des organismes de formation du secteur, qui nous permettent ainsi d’intervenir auprès de leurs stagiaires pour leur présenter les activités, les débouchés, les employeurs du territoire… Nous intervenons donc auprès des personnes suivant les formations qualifiantes en particulier sur le titre assistant de vie aux familles et la mention complémentaire aide à domicile.

LE-CENTRE travaille également avec les services de l’emploi du territoire notamment : les missions locales, Pôle emploi, Cap emploi, les structures d’insertion, l’E2C…

Question 5 : Les perspectives pour 2018

De nouveaux projets verront le jour en 2018 au sein de notre association et notamment des projets en lien avec l’emploi dans le secteur ;

  • de manière générale LE-CENTRE développera des partenariats avec les structures du secteur médico-social du territoire (notamment les EHPAD) où des complémentarités peuvent se faire avec le secteur des services à la personne et où certaines problématiques sont similaires
  • LE-CENTRE organisera dans les Deux-Sèvres un Rallye découverte des métiers de l’aide à domicile durant le 1er semestre

A noter :

LE-CENTRE travaille également sur des projets autour de parcours d’intégration dans le secteur des services à la personne et du médico-social.

Un premier «parcours d’insertion dans le champ des services à la personne et du secteur médico-social» en partenariat avec le PLIE s’est terminé au 31/12/2017.

Un nouveau parcours d’intégration dans les métiers de l’aide aux personnes débute ce mois-ci en partenariat avec AG2R, il propose 3 accompagnements plus ou moins longs selon les besoins des personnes.

Enfin, LE-CENTRE démarre depuis le 01/01/2018 un parcours d’aide à l’intégration vers les métiers de l’aide à la personne sur le département.

Dans le cadre de l’axe emploi LE-CENTRE mène une action de pré-recrutement. Des informations collectives présentant les métiers de l’aide à la personne sont proposées à toute les personnes souhaitant avoir des informations, trouver un emploi, une formation…dans ce secteur sur le département de la Vienne.

Dans ce processus de pré-recrutement, des tests sont proposés aux personnes en fin d’information collective ; ces tests nous permettent de sélectionner des personnes qui peuvent intégrer dans l’immédiat les organismes de services à la personne et les EHPAD avec lesquels nous travaillons. Nous tenons ainsi à jour une base d’environ 250 intervenants potentiellement disponibles que nous mettons en relation avec ces structures en recherche de candidats.

Pour les personnes non retenues suite à l’information collective, nous leur proposerons désormais de les accompagner via un parcours d’aide à l’intégration vers les métiers de l’aide à la personne, à savoir principalement sur les métiers : d’aide-ménagère, d’auxiliaire de vie, d’aide-soignant, d’agent d’entretien, de garde d’enfant. Cet accompagnement sera fait par un(e) conseillère en insertion professionnelle.

Cet accompagnement d’une durée maximale de 3 mois aura pour objectif de travailler sur les freins spécifiques aux secteurs des services à la personne et du médico-social que peuvent rencontrer les demandeurs d’emploi ; notamment autour de l’absence de mobilité, de qualification ou encore de moyen de garde d’enfant(s).

L’accompagnement sera fera de façon individualisée pour plus de confidentialité et proposera également des moments collectifs qui seront organisés sous forme d’ateliers sur les thèmes suivants :

  • réalisation de CV et première approche de l’outil informatique
  • présentation des métiers de l’aide à la personne : cibler un métier, un secteur, un projet professionnel
  • adopter une communication professionnelle…

Cet accompagnement est construit et se déroulera en étroite collaboration avec les actions pouvant déjà être menées par les conseillers accompagnant à la recherche d’emploi.

AXE FORMATION

Question 1 : Rappel des objectifs de l’action

Depuis 2012, LE-CENTRE travaille à l’intermédiation entre l’offre de formation et le besoin de professionnalisation sur le territoire.
Cela se traduit par différents objectifs :

  • Identifier l’offre de formation disponible sur le territoire.
  • Favoriser l’entrée en formation des demandeurs d’emploi mais aussi l’acquisition de nouvelles compétences pour les salariés, les employeurs (gérants ou bénévoles).
  • Accompagner les structures dans leur politique de formation interne (recherche de fonds, mise en place du plan de formation, appui à l’action de GPEC).
  • Structurer des partenariats permettant un accès simplifié à la formation ou l’émergence de nouvelles offres de formation.

Question 2 : En quoi ce projet est-il innovant et en quoi répond t’il à un besoin ?

Le secteur de l’aide à l’autonomie, ce sont plus de 80 titres ou diplômes, autant dire un véritable maquis tant pour les dirigeants que pour les salariés et les demandeurs d’emploi.           
Il s’agit de fluidifier la professionnalisation, assurer la diffusion de l’information sur ces sujets, porter des projets innovants et/ou favorisant la mutualisation.  
Développer et légitimer le champ de l’aide à l’autonomie passe nécessairement par la facilitation à l’accès à la formation. 

Question 3 : Les chiffres clés/marquants de l’année 2017

  • En 2017, LE-CENTRE a mené a bien 6 dispositifs de formation, seul ou en partenariat, et notamment : 
  • L’organisation de formation à destination des dirigeants sur des sujets tels que le droit du travail, les ordonnances Macron, le dialogue social, la prévention de risques professionnels, la GPEC…,
  • L’organisation de formation sur la découverte et la prise en charge des personnes âgées en lien avec le collectif Silver Geek,
  • La mise sur pied de formation à destination des professionnels sur l’usage des aides techniques au domicile ou en établissement, via l’Espace Autonomie de LE-CENTRE,
  • La formation aux questions santé-environnement à destination des dirigeants et salariés de structures de garde d’enfants,
  • La formation de dirigeants dans le cadre de notre partenariat avec l’URIOPSS NA,
  • L’appui à l’organisation de groupes d’analyse de la pratique dans le département de Charente dans le cadre de notre partenariat avec le CIF-SP.

Question 4 : Présentation/valorisation des principaux partenariats engagés en 2017

Les partenariats autour de cet axe sont nombreux. Citons notamment l’URIOPSS Nouvelle-Aquitaine, l’IREPS Nouvelle Aquitaine, l’AFEC, l’AFPA, le CIF-SP, le GRETA, IFP Atlantique, La maison de la formation, les MFR de Gençay et Ingrandes, l’IRTS, Indigo Formation, Unis-Cités, SIlver Geek…, mais aussi les financeurs comme l’ARS, la Fondation MACIF, la Région Nouvelle-Aquitaine, le FDVA…

Question 5 : Les perspectives pour 2018

En 2018, outre la continuation des différentes actions, plusieurs nouveautés verront le jour dont notamment l’organisation des assises de la professionnalisation dans le champ de l’autonomie, qui verra universitaires, acteurs publics, professionnels, échanger sur les enjeux de ces formations, ces métiers et les marges d’évolution ou d’innovations.

MIXITÉ PROFESSIONNELLE ET LUTTE CONTRE LES DISCRIMINATIONS

Question 1 : Rappel des objectifs de l’action

L’objectif est de démontrer que la mixité professionnelle et la lutte contre les discriminations constituent un levier pour les structures afin de répondre à leur problématique de recrutement et de gestion des ressources humaines en général et permettent de se conformer aux obligations légales.

Question 2 : En quoi ce projet est-il innovant et en quoi répond t’il à un besoin ?

Cette action s’inscrit dans un cadre politique qui favorise l’égalité professionnelle et la lutte contre les discriminations. Le secteur de l’aide à l’autonomie est un milieu professionnel dans lequel il y a peu de mixité femme/homme ce qui empêche d’améliorer les conditions de travail notamment en ce qui concerne la conciliation des temps entre la vie personnelle et la vie professionnelle. De plus, c’est un secteur dans lequel les intervenant.e.s sont au domicile des bénéficiaires qui ont parfois des exigences sur le profil de la personne. Ces demandes, qui s’avèrent être discriminantes, doivent faire prendre conscience aux employeurs que la discrimination est présente envers leurs équipes et qu’il faut les outiller pour savoir répondre à ces clients. De plus, les salariés se trouvent aussi discriminer par les employeurs lors des recrutements d’où la nécessité de sensibiliser les recruteurs à des pratiques non discriminatoires.

Question 3 : Les chiffres clés/marquants de l’année 2017

  • 20 structures sensibilisées à l’égalité professionnelle femmes-hommes
  • 2 guides de prévention et de sensibilisation à la lutte contre les discriminations à destination des employeurs et des salariés écrits par LE-CENTRE

Question 4 : Présentation/valorisation des principaux partenariats engagés en 2017

L’ARACT Nouvelle-Aquitaine a co-animé les ateliers de promotion de l’égalité professionnelle femmes-hommes avec LE-CENTRE.
L’action en faveur de la lutte contre les discriminations a permis de développer plusieurs partenariats : le cabinet Nano Conseils RH pour l’écriture des guides, le rectorat de Poitiers pour les actions de prévention auprès des élèves qui se dirigent vers le secteur et le CBE du Niortais pour le déploiement de l’action dans les Deux-Sèvres.

Question 5 : Les perspectives pour 2018

La promotion des guides par deux volontaires en service civique auprès des groupes scolaires et en formation continue qui préparent des formations dans le secteur et des employeurs dans les départements de la Vienne et des Deux-Sèvres.
Développement d’actions d’appui pour les structures en matière d’égalité professionnelle et de lutte contre les discriminations.

ESPACE AUTONOMIE

Question 1 : Rappel des objectifs de l’action

L’Espace Autonomie est un dispositif ayant pour objectif la prévention, le conseil, l’information, la promotion et la formation en matière d’aides techniques et d’aménagement du logement.
Pour assurer ses missions, l’Espace Autonomie s’appuie sur une équipe pluridisciplinaire (ergothérapeute, documentaliste, chargé d’information…) ainsi que sur un espace modulable de 70m² disposant de plus de 250 aides techniques et technologiques pour la chambre, la salle de bain, le salon, le bureau, la mobilité…

Les objectifs sont :

  • Proposer un lieu ressource unique dans la Vienne sur la question des aides techniques et de l’aménagement du domicile.
  • Proposer un service impartial et NON COMMERCIAL.
  • Proposer du conseil, de l’information, de l’accompagnement et une expertise validés par des ergothérapeutes, professionnels de la réadaptation et de l’aménagement du cadre de vie.
  • Accueillir les aidants ou particuliers, quels que soient leur handicap, leur localisation, leur âge, leur degré d’autonomie et leur connaissance du domaine.
  • Développer, animer, former, un réseau de partenaires sur tout le territoire de la Vienne : professionnels de la réadaptation et de l’accompagnement des publics en perte d’autonomie, associations, institutions, artisans, revendeurs et fabricants, etc…

Question 2 : En quoi ce projet est-il innovant et en quoi répond t’il à un besoin ?

Le maintien à domicile est aujourd’hui un enjeu social, économique et de santé, souvent problématique dans notre société. Les aides techniques et technologiques pour les seniors et personnes en situation de handicap se développent de plus en plus et apparaissent comme une des solutions possibles pour permettre à ces derniers de bénéficier d’un maintien à domicile sécurisé et confortable, garant d’un retour à l’autonomie. Pour autant, pour être efficace, l’aide technique ne doit pas être imposée. Qu’il s’agisse d’un simple accessoire ou d’un fauteuil roulant, elle doit être acceptée par son utilisateur et prise pour ce qu’elle est : un outil pour l’autonomie, et non un marqueur de vieillesse ou de handicap.

Seul un lieu ouvert où se croisent professionnels, aidants familiaux, retraités, personnes en situation de handicap, partenaires et où il est possible de bénéficier de démonstrations et de manipulations de technologies permettra de sensibiliser suffisamment tôt les personnes à l’utilité de ces aides. Ce type de lieu n’existait pas dans la Vienne, malgré une population vieillissante et aux besoins accrus.

Avec l’Espace Autonomie, la Vienne dispose désormais d’un outil de travail majeur, dont les partenaires pourront se saisir pour déployer de nombreuses actions sur le volet des aides techniques et de l’aménagement du domicile dans l’ensemble du département.

Question 3 : Les chiffres clés/marquants de l’année 2017

En seulement 6 mois ce sont 362 personnes qui ont été « informées / mises en contact » sur l’existence de l’Espace Autonomie …dont 276 personnes qui ont été accueillies physiquement dans nos locaux.

Question 4 : Présentation/valorisation des principaux partenariats engagés en 2017

L’Espace Autonomie s’appuie sur de nombreux partenariats dont notamment :
Les fabricants, importateurs et distributeurs d’aides techniques, le réseau des ergothérapeutes de la Vienne, les organismes de formation continue, les artisans du label Handibat, le réseau itinéraire santé, le CHU de Poitiers, les caisses de retraite Agirc Arcco, les Services d’Aide et de Soins à domicile, les living Lab en Nouvelle Aquitaine, les partenaires représentants des usagers…

Question 5 : Les perspectives pour 2018

En 2018, outre la continuation des différentes actions individuelles ou collectives en faveur des usagers ou professionnelles, plusieurs nouveautés verront le jour dont notamment :

  • Le développement de dispositifs visant à faciliter l’accès aux aides techniques et leur réattribution.
  • L’Espace Mobile Autonomie, véhicule ressource d’information et de conseil sur les aides techniques et l’adaptation du domicile.

Ce véhicule stationnera au cœur des villes ou des villages et invitera les publics à découvrir les dernières innovations techniques et technologiques, permettant de favoriser le maintien à domicile. En dehors des seniors, personnes en situation de handicap et de leurs aidants qui seront les premiers concernés, les associations œuvrant en faveur des personnes âgées pourront aussi s’informer auprès du camion pour mettre en place des projets innovants.

NUMÉRO UNIQUE INFORMATION/SERVICES

Question 1 : Rappel des objectifs de l’action

Quand un particulier a un besoin en services à la personne, trouver et obtenir une information complète respectant le libre choix n’est pas une chose aisée. Informer et orienter est l’ambition de cette ligne téléphonique.

Par extension, cette ligne est vouée à renseigner aussi les professionnels et les demandeurs d’emploi sur le secteur en général.

Question 2 : En quoi ce projet est-il innovant et en quoi répond t’il à un besoin ?

Le secteur des services à la personne a été profondément remodelé en 2006 avec la Loi Borloo. Il s’est ainsi fortement développé et diversifié et répond autant que possible à des besoins de services qui s’accroissent continuellement.

Ce secteur offre ainsi de multiples solutions pour aider les personnes à leur domicile dans leur vie quotidienne dans la perspective de préserver ou de développer leur autonomie. Cela étant l’accès à ces services peut s’avérer complexe.

En effet le secteur de services à la personne, c’est aujourd’hui :

  • 26 activités de services à la personne (aide à domicile, garde d’enfants, petit jardinage…),
  • 3 modes d’intervention à domicile (prestataire, mandataire, emploi direct),
  • Plus de 200 structures qui proposent dans la Vienne des services,
  • Des aides fiscales ou financières multiples,
  • Un cadre législatif complexe et mouvant.

INTERMÉDIATION SERVICES

Le principe est de mettre en relation un particulier qui a un besoin en services à la personne avec des organismes de services à la personne (OSP) qui peuvent répondre à ce besoin.

La démarche : Au cours de l’appel téléphonique, il s’agit de définir le plus précisément possible les besoins de l’appelant, de le renseigner sur les services à la personne et « à-côté » (aides financières, CESU préfinancés..) si besoin puis de le mettre en relation avec trois OSP afin qu’il puisse faire son choix.

Outre les appels des particuliers, des professionnels (assistante sociale, CLIC..) contactent aussi LE-CENTRE afin de répondre à leurs besoins quand ils ne trouvent pas la réponse auprès de leurs contacts habituels.

LE-CENTRE étant en contact très régulier avec les différents OSP du territoire, possède une expertise pour orienter les appelants vers les structures capables de répondre à la demande aussi bien en termes d’activités, de mode d’intervention, que de zone géographique d’intervention.

RENSEIGNEMENTS / INFORMATION

Livrer une information fiable et vérifiée sur les sujets suivants :

  • Utilisation du CESU déclaratif, du CESU préfinancé,
  • Financements existants (APA-CAF-AAH-Mutuelles-caisses de retraite, etc.),
  • Avantages fiscaux liés aux services à la personne,
  • Droit du travail dans le secteur des services à la personne,
  • Aides techniques et financements afférents,
  • Informations sur le secteur en général : création d’entreprise, cadre légal.

DROIT DU TRAVAIL

Historiquement l’association animait une « ligne droit du travail » à destination des assistantes maternelles, et a été identifiée comme un lieu ressource sur le sujet. Aujourd’hui le droit du travail dans le secteur des services à la personne fait partie des informations délivrées sur la ligne de LE-CENTRE.

Les appels fléchés « droit du travail » concernent à plus de 95% le droit du travail dans l’emploi direct, quelques appels concernent les entreprises de SAP que ce soit côté salarié ou employeur.

Question 3 : Les chiffres clés/marquants de l’année 2017

  • Environ 20% des appels sur la ligne donnent lieu à une fiche mission.
  • En 2017, 146 fiches missions ont été envoyées à destination de nos 24 structures de services à la personne partenaires.
  • Les fiches missions envoyées concernaient à 53,8% le ménage, puis le jardinage à 22% et l’assistance aux personnes âgées dépendantes à 20%.
  • Les bénéficiaires sont des personnes de plus de 65 ans à 70% dont 40% sont des personnes âgées dépendantes.
  • Les informations délivrées concernent le mode d’intervention prestataire à 27%, l’emploi direct à 24% puis l’utilisation du CESU, l’emploi et le droit du travail aux environ de 15%. La chute des appels concernant l’emploi s’explique par le fait que l’axe emploi de LE-CENTRE communique cette année sur un numéro différent.

Question 4 : Présentation/valorisation des principaux partenariats engagés en 2017

En 2017, ce sont 24 structures de services à la personne de la Vienne qui sont membres de LE-CENTRE et ont pu bénéficier de « l’intermédiation services ».

 De façon générale, l’axe service travaille de façon étroite avec les

  • Organismes de services à la personne
  • Travailleurs sociaux
  • Comités d’entreprises
  • CLIC, réseau gérontologique, MAIA
  • Villes et agglomérations

Question 5 : Les perspectives pour 2018

Le numéro unique est un service au public et aux professionnels qui répond aux besoins de la population vieillissante, et s’inscrit aujourd’hui dans la complémentarité avec les services de l’Espace Autonomie.

VALORISATION SERVICES CIVIQUES

Question 1 : Rappel des objectifs de l’action

L’action consiste à développer sur le nord de la Nouvelle-Aquitaine le Service Civique auprès des établissements de l’aide à l’autonomie (EHPA, EHPAD, OSP).

Il s’agit également de tisser des liens avec d’autres organismes mettant en place des missions de service civique afin de générer des émulations, dans la perspective de mieux accompagner les jeunes et assurer la réussite des missions.

Question 2 : En quoi ce projet est-il innovant et en quoi répond t’il à un besoin ?

Le ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes et le ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, appuyés par l’Agence du Service Civique, ont décidé en décembre 2015 de conduire une mobilisation nationale pour rendre le Service Civique universel, notamment dans le secteur médico-social. L’association LE-CENTRE a décidé de s’inscrire dans cette dynamique.

Pour accueillir un volontaire en service civique il est nécessaire d’obtenir un agrément spécifique, construire la mission, recruter le volontaire, respecter le cadre et les obligations imposés par la réglementation et assurer un suivi administratif, ce qui peut dissuader une structure isolée.

LE-CENTRE a pour charge d’encadrer ce projet innovant. De ce fait l’association assure les missions suivantes :

  • Co-construction de la mission avec les structures hôtes ;
  • Pré-recrutement des volontaires ;
  • Réalisation du suivi administratif ;
  • Accompagnement des volontaires dans leur projet d’avenir ;
  • Accompagnement des structures d’accueil dans le suivi et le bilan de la mission ;
  • Veille au respect du cadre du Service Civique ;
  • Formation du volontaire en fonction de la mission.

Les missions de Service Civique proposées par LE-CENTRE sont les suivantes :

  • Participer aux actions de sensibilisation et de valorisation des services à la personne ;
  • Assurer des missions d’aide à la vie sociale et à l’animation de l’établissement (EHPAD/EHPA), en lien avec les professionnels ;
  • Participer à la sensibilisation sur le handicap ;
  • Aider à la création et à la mise en place de lectures à voix haute dans les maisons de retraite ;
  • Faciliter l’accès à la vie sociale, citoyenne ou culturelle des usagers pour contribuer à leur bien-être.

Question 3 : Les chiffres clés/marquants de l’année 2017

LE-CENTRE a proposé

  • 9 postes en mission de 6 mois de service civique avec une mise à disposition de volontaires auprès de structures partenaires ;
  • 4 postes en structure d’accueil de personnes âgées avec des missions en direction des résidents pour aider à la vie sociale ;
  • 5 postes en structures de services à la personne avec des missions en direction des bénéficiaires, des intervenantes ainsi qu’une part d’aide à valorisation de l’association.

En tout il y a eu 13 postes pourvu dans la Vienne dont 3 en milieu rural et 2 postes dans les Deux Sèvres.

LE-CENTRE a proposé en plus 6 postes en mission de service civique au sein même de LE-CENTRE pour des missions spécifiques liées à des actions comme la lutte contre la discrimination.

Plus de 180 candidatures sur le site du service civique ont été reçues.

Question 4 : Présentation/valorisation des principaux partenariats engagés en 2017

  • Agence du Service Civique,
  • CGET/DJRSCS,
  • Collectif Silver Geek.
  • MLI
  • CRIJ
  • Structures membres de LE-CENTRE
  • La Région Nouvelle Aquitaine

Question 5 : Les perspectives pour 2018

Les missions de mise à disposition de volontaires en service civique en cours ont été ou vont être renouvelées.

Le constat de la difficulté de recruter sur les zones rurales a fait émerger le fait que le dispositif du service civique n’était pas assez connu dans ces territoires aussi LE-CENTRE réfléchit à des moyens de le faire connaitre.

Share This