Au menu de ce numéro (Cliquez pour accéder directement au contenu)

ÉDITORIAL | ACTUALITÉS DU SECTEUR | LES BRÈVES | ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ET RISQUES PROFESSIONNELS | MIXITE | EMPLOI | AUTONOMIE |

Éditorial

Depuis de nombreuses années, les politiques dédiées au secteur des services à la personne, à défaut de mesures plus globales, servent trop souvent de variables d’ajustements à la politique plus large de résorption du chômage. En effet agir sur la TVA ou les déductions de cotisations sociales ont un effet immédiat sur le nombre d’emplois déclarés dans ce secteur d’activité. Modifier certaines dispositions du secteur peut aujourd’hui faciliter des réformes liées à l’imposition.

C’est en ce sens qu’il faut interpréter les déclarations le 29 janvier dernier du Ministre de l’économie qui s’est dit disposé à « étudier la possibilité de transformer le crédit d’impôt sur les services à la personne en aide directe pour les ménages ». Cette mesure n’est aucunement assimilable à la mise en œuvre d’un tiers payant, mais un des effets collatéraux de la réforme du prélèvement à la source qui se traduit par la mise en ouvre d’un acompte de 60% sur le crédit d’impôt sur les services à domicile.

Cette aide directe, dont les modalités doivent être définies, s’ajoute à la fixation à 1,2 Smic du seuil de non-dégressivité des nouveaux « allégements Fillon renforcés », mais aussi à l’expérimentation du baluchonnage à la française désormais rendu possible et dont l’appel à projet vient tout juste de paraitre. 

Ces différents dispositifs et opportunités permettent d’espérer une certaine redynamisation du secteur de l’aide à l’autonomie qui connait comme nous l’avons très fréquemment soulignés de nombreux défis à relever, défis qui ne peuvent trouver d’issue sans politique publique claire et volontariste.

David Hamelin, Directeur | LE-CENTRE, créateurs de liens.

 ACTUALITÉS DU SECTEUR

LES BRÈVES

  • Que deviennent les Conseils départementaux de la citoyenneté et de l’autonomie (CDCA) ?

 

Trois ans après leur création par la loi d’adaptation de la société au vieillissement du 28 décembre 2015, la CNSA se penche sur la mise en place des CDCA. Ayant des attributions larges, que ce soit en matière de prévention de la perte d’autonomie, d’accompagnement médicosocial et d’accès aux soins et aux aides humaines ou techniques, ils sont également compétents en matière d’accessibilité, de logement, d’habitat collectif, d’urbanisme, de transport, de scolarisation, d’intégration sociale et professionnelle et d’accès à l’activité physique…
Les travaux de la CNSA qui portent sur 72 départements montrent qu’ils se sont largement généralisés, 68 ayant été effectivement installés. Ces CDCA ont tenu en moyenne plus de 2 réunions en formation plénière et organisé en moyenne plus de six groupes de travail spécialisés.
Les thématiques les plus souvent abordées entrent pleinement dans le cadre prévu par les textes (examen de documents de planification tels que projet régional de santé, schéma départemental de l’autonomie… ou des sujets plus transversaux (soutien aux proches aidants, prévention de la perte d’autonomie, vie à domicile, vie en établissement…). Parmi les propositions formulées par les départements eux-mêmes pour améliorer le fonctionnement des CDCA, notons : la simplification du fonctionnement de la commission, le renforcement de leurs moyens, la mise en place d’un travail préparatoire en amont des avis rendus par les CDCA pour permettre une meilleure lecture et compréhension des rapports.
Pour aller plus loin : https://www.cnsa.fr/actualites-agenda/actualites/premieres-donnees-dactivite-des-conseils-departementaux-de-la-citoyennete-et-de-lautonomie

 

  • Quelles sont les bonnes pratiques en matière de soutien aux personnes âgées immigrées ?

 

L’Observatoire national de l’action sociale (ODAS)  vient de publier en effet un recueil de bonnes pratiques intitulé « Soutien aux personnes âgées immigrées » qui est le fruit d’une recherche-action conduite en 2014. Ce recueil rappelle, chiffres à l’appui, les difficultés spécifiques des personnes âgées immigrées : logement précaire, faiblesse des ressources, santé fragile, relatif isolement social…
Parmi les bonnes pratiques étudiées plusieurs concernent  la formation spécifique des professionnels, l’amélioration de l’accès aux prestations ou l’ouverture d’espaces de médiation gérés par des associations, des CCAS…
Sur la sensibilisation des personnes âgées immigrées à la question de l’amélioration du logement et du cadre de vie, ce recueil met en valeur des alternatives au maintien dans le foyer de travailleurs migrants à l’image de l’habitat intergénérationnel et interculturel.
Pour aller plus loin : http://odas.net/Soutien-aux-personnes-agees-immigrees-Recueil-de-1095

 

  • Quelle évolution de la sinistralité chez les femmes ? 

 

Une étude de l’ANACT rendue publique à la mi-décembre 2018 montre que les accidents du travail augmentent significativement chez les femmes, alors que depuis 2001 cette catégorie d’accident est globalement en baisse. Plus précisément entre 2001 et 2016, ils ont ainsi augmenté de +30,5 % pour les femmes tandis qu’ils ont baissé de 29 % pour les hommes, même si ces derniers demeurent plus impactés par la sinistralité au travail (64 % pour les hommes contre 36 % pour les femmes).
Le nombre de maladies professionnelles déclarées et reconnues reste équilibré en fonction des genres (51 % pour les hommes et 49 % pour les femmes), mais elles progressent près de deux fois plus rapidement sur cette période pour les femmes que pour les hommes (+101,3 % depuis 2001, dont +71,5 % pour les hommes et +145,2 % pour les femmes entre 2001 et 2015).
Sans surprise, en 2016, les secteurs professionnels les plus impactants pour les femmes sont les services de santé, action sociale, nettoyage et travail temporaire et les services, commerces et industries de l’alimentation. Il s’agit de secteurs d’activité au sein desquels les femmes sont particulièrement majoritaires.
Pour aller plus loin : https://www.anact.fr/themes/egalite-professionnelle

 

  • Feu vert pour l’expérimentation en France du « baluchonnage » ?

 

Modèle inspiré des pratiques québécoises, le baluchonnage ou « relayage » en français va pouvoir bénéficier d’une expérimentation en France grâce au décret du 28 décembre 2018 qui précise notamment les modalités d’expérimentation des dérogations au droit du travail, autorisées dans le cadre de la mise en œuvre de prestations de suppléance à domicile du proche aidant et de séjours de répit aidants-aidés.
Le texte prévoit ainsi que, pour chaque période d’intervention, la durée du repos compensateur est égale à celle du repos quotidien et du temps de pause dont le salarié n’a pu bénéficier. Ce repos peut être accordé en partie durant la période d’intervention (dans des conditions définies, avant le début de l’intervention, entre l’établissement ou le service, le salarié et le couple aidant-aidé) ou à l’issue de la période d’intervention, déduction faite de la durée du repos accordée le cas échéant pendant l’intervention.
Par ailleurs, le cahier des charges rappelle que le régime dérogatoire prévu par l’expérimentation est de 6 jours consécutifs maximum d’intervention, 94 jours maximum d’intervention sur 12 mois consécutifs et 11 heures de repos quotidien pouvant être supprimé totalement ou réduit avec attribution d’un repos compensateur.
Enfin il est souligné que « le relayeur ne remplace pas les services déjà mis en place à domicile pour accompagner la personne aidée. Il effectue les tâches que réalise l’aidant dans sa vie quotidienne et ne se substitue pas aux services à la personne existants. »
Les établissements et services éligibles seront invités à se proposer dans le cadre d’un appel à candidatures national.
Pour aller plus loin : www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2018/12/28/SSAA1827648D/jo/texte

 

  • Quel impact du PLFSS 2019 sur les allégements de cotisations des services à la personne ?

 

Le projet du PLFSS pour 2019 a été définitivement adopté par les députés le 3 décembre dernier. Outre certaines dispositions transversales médiatisées telles que le renforcement de la réduction générale de cotisations patronales, le PLFSS modifie également l’exonération du secteur des services à la personne. Aussi depuis le 1er janvier 2019, le dispositif d’exonération de cotisations sociales patronales applicable sur la rémunération des aides à domicile auprès de publics « dits fragiles », embauchées par des structures d’aide à domicile de droit privé est modifié pour qu’il reste « plus favorable » que le régime de droit commun. Elle s’appliquera non seulement aux cotisations patronales de Sécurité sociale mais également désormais à la contribution de solidarité pour l’autonomie (CSA), à la contribution au Fnal, à la cotisation d’accidents du travail (dans la limite d’un taux à fixer par arrêté), aux cotisations patronales de retraite complémentaire et aux contributions patronales d’assurance chômage. Cette extension du champ de l’aide à l’emploi à de nouvelles cotisations et contributions sera plafonnée. Toutefois, pour conserver un avantage par rapport au régime de droit commun général, l’exonération serait totale jusqu’à 1,2 Smic puis dégressive jusqu’à 1,6 Smic.
Pour aller plus loin : http://www.securite-sociale.fr/IMG/pdf/plfss2019-annexe5-20181012-120442-331-105.pdf

 

  • Quel devenir pour les relais assistantes maternelles (RAM) ?

 

Une proposition de loi vise « à modifier l’appellation Relais assistants maternels en Relais petite enfance, et à en préciser le champ de compétence » a récemment été déposée par le sénateur Michel Canevet. Depuis leur création en 1989 les missions des RAM ont fortement évolué, ce qui brouille de fait leur perception par les professionnels et le grand public. Cette proposition de loi positionne donc le relais petite enfance en remplacement des RAM comme le « service de référence de l’accueil individuel, tant pour les parents que pour les professionnels ». Ainsi ces relais auraient  » pour rôle d’informer les familles sur l’ensemble des modes d’accueil, collectifs ou individuels, et de les accompagner dans le choix de l’accueil le mieux adapté à leurs besoins en tenant compte des orientations définies, le cas échéant, par la commission départementale de l’accueil des jeunes enfants ». Pour  les professionnels, ces relais participeraient « à l’amélioration de la qualité de l’accueil des enfants, au renforcement de l’attractivité des métiers d’assistant maternel et de garde d’enfants à domicile et à leur professionnalisation, sans préjudice des missions spécifiques confiées au service départemental de protection maternelle et infantile ».
Pour aller plus loin : http://www.senat.fr/leg/ppl18-139.html

 

  • Quel budget pour la CNSA en 2019 ?

 

Le budget prévisionnel de la CNSA a été adopté son budget le 4 décembre 2018. ll s’élève à 26,81 milliards d’euros. Sur ce total, 22,39 milliards d’euros seront affectés au fonctionnement des établissements et services médicosociaux dont 10,62 milliards pour l’offre destinée aux personnes âgées et 11,78 milliards pour les personnes handicapées. Cet effort supplémentaire de 479 millions d’euros permettra de revaloriser notamment les coûts de fonctionnement et des salaires des professionnels des établissements et services existants (126 millions) ou encore le financement de nouvelles places pour les personnes âgées (40 millions)…
Par ailleurs, la CNSA apportera 96,3 millions d’euros pour les Maia et 40,5 millions d’euros pour les groupes d’entraide mutuelle (GEM). Pour leur part, les départements bénéficieront d’une enveloppe de 2,21 milliards d’euros au titre de la participation au financement de l’APA et de 607 millions d’euros au titre de la PCH. Enfin, dans une approche plus large, 180 millions d’euros financeront des actions de prévention de la perte d’autonomie mises en œuvre par les conférences des financeurs.
Dans la perspective d’aider à la structuration du secteur de l’aide à domicile, sont prévus 80 millions d’euros pour soutenir les actions de modernisation des services d’aide à domicile et les dépenses de professionnalisation de leur personnel, ainsi que la formation des professionnels soignants des établissements et autres services médicosociaux et 50 millions d’euros seront à nouveau affectés à la restructuration des services d’aide à domicile.
Pour aller plus loin : https://www.cnsa.fr/actualites-agenda/actualites/le-conseil-de-la-cnsa-sengage-dans-la-concertation-autonomie-et-grand-age-et-vote-le-budget-2019-de-la-caisse

  • Quelles perspectives pour les personnes âgées fragiles ou en perte d’autonomie à l’horizon 2030 ?

 

C’est le questionnement du Haut-conseil pour l’avenir de l’assurance maladie (HCAAM) qui vient de publier un avis à ce sujet début janvier 2019. Le HCAAM se demande ainsi de quels services auront besoin les personnes âgées fragiles ou en perte d’autonomie à l’horizon 2030 ?
Selon la catégorie de personnes âgées identifiées (fragiles ou en perte d’autonomie), les besoins ne sont pas les mêmes. Ainsi, pour les personnes âgées dites « fragiles », il convient pour le conseil « de mieux repérer pour les plus éloignés des systèmes sanitaire et social ». Au regard des personnes âgées « en perte d’autonomie », l’un des besoins mis en avant est celui d’une « équipe de proximité pluriprofessionnelle qui les suive et les oriente ». Ensuite, le texte identifie des réponses à ces besoins : « la réponse aux besoins des personnes âgées fragiles ou en perte d’autonomie passe par la mise en place d’un bouquet de services organisés, associé à des solutions techniques, défini avec les personnes et leur entourage en mobilisant des modèles existants de décision partagée en soins de santé ».
Enfin, le HCAAM pose la question de la place des EHPAD. Ainsi, « à l’horizon 2030, la priorité pour les EHPAD ne doit pas être un accroissement du nombre de places (sauf dans les zones aujourd’hui sous-dotées) mais un renforcement de l’accompagnement leur permettant de prendre en charge dans des conditions convenables leurs résidents et de faire face à des situations de plus en plus lourdes », préconise le Haut-conseil.
Pour aller plus loin : http://www.securite-sociale.fr/Avis-HCAAM-relatif-a-Systeme-de-sante-et-personnes-agees-fragiles-ou-en-perte-d-autonomie-a-l

 

  • Quelle est l’évolution du nombre de places pour personnes âgées en établissements et services médicosociaux depuis dix ans ?

 

C’est à cette question que tente de répondre la CNSA par le biais d’un bilan annuel et décennal du nombre des créations de places en établissements et services médicosociaux. Le premier chiffre notable concerne la seule année 2017 qui a vu la création 4144 places. De ce fait, cela porte au total à près à 750 000 places en établissements et services médicosociaux pour personnes âgées en France (Les seules EHPAD pèsent près de 80 % des places).
Une seconde information notable est celle du nombre de place créée depuis dix ans. L’offre a ainsi progressé de 51% au cours de cette période ce qui aboutit à un taux d’équipement de près de 123 places pour 1000 personnes âgées de 75 ans et plus.
Cependant cette moyenne cache des écarts persistants entre départements indépendante de surcroit de la part des personnes âgées dans la population. Le taux d’équipements varie ainsi de 52 à 212 places pour 1.000 habitants de 75 ans et plus.
La CNSA s’intéresse enfin à l’évolution prévisionnelle de l’offre sur la période 2018-2022 qui verrait la création de 16279 places. Cela étant au regard du vieillissement de la population et de l’accroissement du nombre de personnes de 75 ans, la CNSA prévoit que le taux d’équipements se dégradera à 110,5 places pour 1.000 habitants en 2022.
Pour aller plus loin : https://www.cnsa.fr/actualites-agenda/actualites/etablissements-et-services-pour-personnes-agees-bilan-et-prevision-de-creations-de-places

 

ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ET RISQUES PROFESSIONNELS

Prévention des risques professionnels 

  • Les chiffres de la sinistralité

L’Assurance Maladie-Risques professionnels a publié les chiffres de la sinistralité de 2017. Avec 33.4 accidents du travail pour 1000 salariés en 2017 on constate que la sinistralité liée au risque accident du travail diminue toujours (-0.5% par rapport à 2016). Néanmoins, le secteur de l’aide est des soins à la personne continue son augmentation avec un indice de fréquence à 97.2 pour les EHPAD et l’aide à domicile.

Plus d’infos http://www.pic-magazine.fr/actualite/atmp-la-sinistralite-baisse-certains-risques-non

 

  • Nouvelle obligation : accord de prévention des risques professionnels

A compter du 1er janvier 2019, les entreprises d’au moins 50 salariés doivent négocier un accord de prévention des risques professionnels soit lorsqu’une proportion de leurs salariés (25%) est exposée à un facteur de risques professionnels (contraintes physiques marquées, environnement physique agressif, rythmes de travail) soit lorsque l’indice de sinistralité est supérieur à 0.25. Les CARSAT informeront les employeurs soumis à cette obligation lors de la notification des taux de cotisation AT 2019.

Plus d’infos https://www2.editions-tissot.fr/actualite/sante-securite/accord-de-prevention-des-risques-professionnels-des-precisions-sur-le-calcul-de-l-indice-de-sinistralite?utm_campaign=Articles-E-News&utm_content=titre-article&utm_medium=e-news-actu&utm_source=st&utm_term=titre-article

 

  • Une hausse du nombre de longs arrêts de travail

Selon une étude de Malakoff Médéric la prévalence, la fréquence et la durée moyenne des arrêts maladie sont stables sauf pour les arrêts longs (supérieurs à 30 jours) dont la durée moyenne augmente fortement. Selon les salariés interrogés, seulement 9% des arrêts maladie sont liés à un contexte uniquement professionnel. Les arrêts maladie liés au contexte professionnel sont dus à des troubles psychologiques (17%) ou à des TMS (14%). L’impact des arrêts longs est financier (remplacements, formation, coûts de gestion administrative …).

Plus d’infos http://www.travail-et-securite.fr/ts/actualites/actus-generales/Enquete.-Une-hausse-du-nombre-de-longs-arr-ts-de-travail.html

 

  • Abondement du CPF des titulaires d’un C2P et des victimes d’AT-MP

Depuis le 1er janvier 2019, les victimes d’AT-MP atteintes d’une incapacité permanente d’au moins 10% bénéficient d’un droit à une formation qualifiante sous forme d’un abondement de leur CPF au titre de leur reconversion professionnelle. Cet abondement est à hauteur de 7500€.

Plus d’infos http://www.travail-et-securite.fr/ts/actualites/actus-generales/Enquete.-Une-hausse-du-nombre-de-longs-arr-ts-de-travail.html

 

Mixité, égalité professionnelle 

  • La parité au travail c’est pour dans 200 ans

Les inégalités de salaire entre hommes et femmes se sont réduites par rapport à 2017 mais il faudra encore plus de 200 ans pour atteindre la parité dans le monde du travail selon un rapport du Forum économique mondial. Sur un panel de 149 pays, on constate une amélioration en matière de salaires alors que l’écart entre les genres s’est élargi à près de 51%. La situation de la parité diffère selon les pays, elle est la plus élevée en Islande, Norvège, Suède et Finlande. Sur les 20 plus grandes économies du monde, la France est placée 12ème mondiale.

Source Liaisons sociales quotidien 28/12/2018

 

  • Indicateurs de l’égalité F/H : le décret est sorti

 

Un décret du 8 janvier 2019 fixe les modalités de calcul et le barème des indicateurs de l’égalité entre les femmes et les hommes en entreprise. Le décret fixe les dates de publication des résultats en fonction de la taille de l’entreprise et les méthodes de calcul des indicateurs en matière de rémunération. Il prévoit également des solutions pour les situations dans lesquelles les indicateurs sont incalculables.

Source Liaisons sociales quotidien 10/01/2019

 

EMPLOI / FORMATION

  • Un nouveau diplôme pour le secteur ?

Un arrêté du 18 janvier 2019 porte sur la création d’un nouveau titre professionnel de niveau 4 : technicien d’équipement d’aide à la personne.
Ce titre est enregistré au RNCP depuis le 31 janvier 2019 et pour une durée de 5 ans, il compte 3 blocs de compétences sanctionnés par des CCP :

1° Mettre à disposition des équipements de maintien à domicile et des fauteuils roulants manuels ;
2° Assurer la maintenance des équipements de maintien à domicile et des fauteuils roulants manuels ;
3° Mettre à disposition et assurer la maintenance des fauteuils roulants électriques.

Résumé du référentiel d’emploi :

L’emploi de technicien des équipements d’aide à la personne est centré sur le service aux bénéficiaires pour leur permettre l’usage de leurs équipements en toute autonomie et sans dysfonctionnement.
Il est amené à mettre en service des équipements de maintien à domicile et d’aide à la mobilité et à en réaliser la maintenance.
A domicile, il assure l’installation, la formation, le suivi et la maintenance des équipements ; à l’entreprise, il réalise l’adaptation et la maintenance des fauteuils roulants électriques, la maintenance des équipements ainsi que le contrôle périodique obligatoire de ceux-ci.

 Les missions :
– mettre à disposition, au domicile du bénéficiaire, des équipements de maintien à domicile et d’aide à la mobilité ;
– aider le bénéficiaire et/ou son aidant à la prise en main des équipements, les sensibiliser aux consignes de sécurité et les informer des opérations d’entretien courant ;
– assurer la maintenance des équipements de maintien à domicile et d’aide à la mobilité, au domicile et/ou à l’atelier, dans le respect des procédures de matériovigilance, de traçabilité et des contrats passés.

Plus de détail sur Légifrance : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000038052346&dateTexte=&categorieLien=id

 

  • CPF : une application mobile programmée pour l’automne 2019

 Suite à la signature d’une convention entre le ministère du travail et la Caisse des Dépôts le 11 janvier dernier, une application mobile est annoncée pour l’automne 2019. Son objectif : permettre aux personnes de s’inscrire à une formation et de la payer en ligne dans le cadre du CPF.

La Caisse des Dépôts qui centralise et gère les ressources financières relatives au CPF a donc pour mission de développer cette application mobile qui permettraient aux personnes de choisir, s’inscrire et payer une formation parmi les offres de formation de plus de 90 000 organismes de formation.

Tout cela est rendu possible par les derniers changements en matière de droit à la formation, notamment du CPF qui est désormais monétisé. Pour rappel depuis le 1er janvier de cette année les heures acquises ont été converties au tarif de 15€ de l’heure et les salariés acquièrent maintenant 500€ ou 800€ par an en fonction du niveau de qualification dans la limite de 5000€ et 8000€.

 

AUTONOMIE

  • Troubles de la vue : une nouvelle loi pour améliorer la santé visuelle des personnes âgées

Une nouvelle loi adoptée en janvier « visant à améliorer la santé visuelle des personnes âgées en perte d’autonomie » autorise désormais les opticiens-lunetiers à se rendre en Ehpad pour y réaliser des examens de la réfraction et adapter si nécessaire les verres correcteurs, si l’agence régionale de santé donne son accord. Dans un premier temps, une expérimentation sera menée dans 4 régions.

http://www.agevillage.com/actualite-17338-1-troubles-de-la-vue-une-nouvelle-loi.html

 

 

  • Journée Humanitude Handicap le 5 octobre 2019 à Paris

Une conférence pour découvrir l’humanitude dans le secteur du handicap, l’occasion de découvrir une démarche et des outils pour améliorer la qualité de vie des personnes accueillies, prévenir les risques psychosociaux, faire évoluer les pratiques professionnelles, avec les témoignages d’acteurs de terrain (MAS, FAM, SAMSAH…) qui déclinent les cinq principes de l’Humanitude dans leurs pratiques quotidiennes.

http://xwnqy.mjt.lu/nl2/xwnqy/9nq.html?m=AM8AACvZsMcAAAABsCQAAAA6mAsAAAAAL5cAADNvAAyv2ABcUU69CmpkzHH4TkOsMJXvBNphhAAMrmg&b=733254fd&e=ec3fe3a8&x=-hQ3dCIjcPmvifq-At08xfGDaBKJgA17ZEMNSdup_ts

 

  • J’aide mon parent à vieillir debout : livre d’Annie de Vivie, fondatrice d’Agevillage

Un livre pratique où Annie de Vivie propose 10 conseils pratiques pour accepter sa situation d’aidant, regarder le vieillissement de son parent en face, prendre soin de soi (pour prendre soin de lui), aménager son logement mais aussi la cité, aider et travailler, se faire aider, trouver du répit, utiliser les techniques qui apaisent, les technologies, protéger son proche (tutelle), affronter sereinement la fin…

http://www.agevillage.com/actualite-15748-1-J-aide-mon-parent-a-vieillir-debout-livre-d-Annie-de-Vivie-fondatrice-d-Agevillage.html

 

  • Handicap : vers des offres d’accompagnement innovantes ?

Proposer des offres d’accompagnement innovantes pour les personnes handicapées, c’est la mission du comité de pilotage national dédié. Il s’est réuni pour la 2ème fois le 29 janvier 2019.

https://informations.handicap.fr/a-handicap-offres-accompagnement-innovantes-11515.php

 

Agenda prévention

  • [14/02/2019] La-Rochelle : Comment adapter son habitat pour y vivre en autonomie et sécurité durablement ? AG2R La Mondiale

Vivre le plus longtemps possible chez soi, tel est le souhait du plus grand nombre. Comment adapter son habitat pour y vivre en autonomie et sécurité durablement ?

Pour apporter des réponses concrètes à ces questions, AG2R LA MONDIALE, groupe de protection sociale, a le plaisir de vous inviter gratuitement à un atelier s’intitulant « Pour une vie plus facile à domicile ».

https://www.le-centre.pro/14-02-2019-comment-adapter-son-habitat-pour-y-vivre-en-autonomie-et-securite-durablement/

 

  • [21 et 26 mars, 2 avril 2019] Vienne 86 : Chuter : ce n’est pas une fatalité !

La chute chez les seniors est un événement fréquent, parfois lourd de conséquences et souvent synonyme de perte d’autonomie par la suite si rien n’est fait pour compenser les séquelles de la chute.
Les causes d’une chute peuvent être nombreuses : sédentarité, médication, logement mal aménagé, prise de risque… Or, il existe de multiples moyens pour réduire les risques de chute à domicile.

C’est ce que souhaite mettre en avant un collectif d’acteurs engagés dans cette démarche de prévention des chutes dans la Vienne.

https://www.le-centre.pro/21-et-26-mars-2-avril-2019-chuter-ce-nest-pas-une-fatalite/

 

 

 

L’infolettre de LE-CENTRE c’est désormais un envoi par mois en alternance actualités « nationales » et actualités de « LE-CENTRE ».

Share This