Le désir et le sexe font leur entrée dans les Ehpad par la grande porte, à l’occasion du 32e congrès de la Fnadepa. Le tabou levé, et alors que l’assistance sexuelle reste interdite en France, l’exercice du droit à la sexualité questionne directeurs et équipes : comment accompagner sans interférer, protéger sans abuser, reconnaître un consentement non verbalisé. Si la fin de vie n’empêche pas la sexualité, encore faut-il être juridiquement prémuni contre les risques de dérapage. Pour adapter les Ehpad à cette nouvelle donne, la formation des professionnels et une réflexion éthique permettent d’anticiper la survenance des situations. La loi d’adaptation de la société au vieillissement offre aux établissements, désireux à la fois de permettre et de protéger, trois outils supplémentaires : l’évaluation pluridisciplinaire, l’annexe au contrat de séjour et la procédure de sauvegarde.

Lire la suite de l’article sur http://www.gazette-sante-social.fr/40224/les-personnes-agees-dependantes-ou-non-ont-droit-a-la-sexualite?utm_source=newsletter-gss&utm_medium=email&utm_campaign=newsletter-03-07-2017#email=amandine.chatin%40cir-sp.org

Share This