Consacré au festival d’Annecy, Une tête disparaît est un court-métrage d’animation qui évoque, tout en poésie, la perte de mémoire. 

Pour son quatrième court-métrage, Franck Dion a décidé de mettre son univers si singulier au service des tourments du vieillissement. Alzheimer en ligne de mire, Une tête disparaît raconte les vicissitudes d’une vieille dame qui perd littéralement la tête.

lire la suite de l’article sur http://www.agevillage.com/actualite-17687-1-Une-vision-surrealiste-d-Alzheimer.html

Share This