L’AGMP en quelques mots ?

L’association des gardes malades du Poitou (AGMP) est une association mandataire agissant sur les territoires de Poitiers et de Grand Poitiers depuis près de trente années. En matière d’effectif, nous sommes 4 à la coordination et 110 aides à domicile (soit 42 ETP) et accompagnons 80 particuliers-employeurs.

Notre association exerce exclusivement en mode mandataire, faisant que nous accompagnons les particuliers-employeurs dans leur rôle et leur fonction d’employeur. Nous orientons notre travail spécifiquement vers les personnes dépendantes ou en situation de handicap, très majoritairement âgées. Nos interventions s’effectuent 24h/24 et 7j/7, aussi bien pour des interventions de courte ou de longue durée.

Nous considérons les aides à domicile comme des « sentinelles » dont le travail se déploie en lien avec trois autres acteurs à savoir le particulier-employeur, l’association et une tierce personne (familles, voisins, aidants…).

Nous nous attachons enfin à accompagner la montée en compétence des aides à domicile en organisant régulièrement des cycles de formation sur différentes thématiques essentielles pour bien mener leur activité.

 

Comment vous êtes-vous adaptés à cette crise sanitaire inédite ?

Nous avons agi sur quatre dimensions :

  • Nous avons tout d’abord identifier les actes dits « indispensables » et ceux appelés « secondaires » pour prioriser au mieux les interventions
  • Ensuite, nous avons adapté les modalités d’intervention pour éviter de générer trop de déplacements entre les lieux d’interventions.
  • Nous nous sommes également davantage placés en complémentarité avec la tierce personne, surtout quand celle-ci demeurait éloignée géographiquement du particulier-employeur, en maximalisant les communications par exemple
  • Enfin nous avons essayé de faire face aux différentes demandes pour suppléer les aidants naturels du mieux que nous pouvions.

Globalement les aides à domicile se sont particulièrement mobilisés durant ce premier confinement et il faut réellement les saluer. Ce second confinement parait plus difficile à vivre pour les particuliers-employeurs, comme pour les salariés. Le covid-19 circulant davantage dans notre région qu’au cours du premier confinement, nous devons faire face à davantage de situations génératrices d’angoisses (conséquences de cas contacts identifiés, isolement des particuliers-employeurs…).

Par ailleurs, l’accessibilité à certains équipements de protection individuel (EPI) est devenue plus complexe. En effet, lors du premier confinement les masques étaient fournis par la plate-forme de l’ARS et nous assurions chaque semaine en relation directe avec les salariés du particulier-employeur la distribution de ceux-ci, ce qui permettait de garder un lien humain régulier. Le nouveau dispositif mis en place pour ce second confinement ne nous permet pas d’avoir la même relation, les salariés du particulier-employeur allant chercher seuls les masques, ce qui ajoute une certaine distance et accentue leur isolement. De surcroît des pénuries d’EPI se traduisent par exemple à l’impossibilité de trouver actuellement des blouses ou sur-blouses ce qui est problématique.

 

 

Comment entrevoyez-vous le futur ?

Il est très complexe de répondre à cette question.

Nous allons continuer via nos outils de communication à destination des particulier-employeuses de leur rappeler par exemple l’importance de la vaccination ou les ré-interpeller, dans une logique aidants-aidés, sur la nécessité d’appliquer strictement les gestes barrières.

Plus globalement, si nous avions eu le sentiment que le travail des aides à domicile lors du premier confinement se trouvait reconnu, nous avons l’impression d’être retombés dans une relative invisibilité. La société tend à oublier à nouveau le troisième âge, ce qui est inconcevable.

Même si nous restons mobilisés, nous nous inquiétons d’une possible démobilisation des salariés du domicile, mais aussi, ce qui est déjà palpable, du reflux du nombre de personnes s’adressant aux structures de services à la personne, bien qu’objectivement ces dernières aient des besoins avérés. Comme dans le champ médical, on assiste à un renoncement à l’accès à l’aide à domicile par peur du Covid-19, ce qui risque d’aggraver la situation des personnes vulnérables. 

 

CONTACTS 

21 place Philippe le Bel
86000 Poitiers

Tel : 05 49 44 02 54

Mail : contact@agmp.fr

Web : https://agmp.fr/

Share This